Stock épuisé.
En rupture de stock
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

 

Contactez-nous

Informations

Liens

 

Nature et grâce chez Saint Thomas d'Aquin

zoom

photos non contractuelles

Soeur Marie de l'Assomption

Ref. 103152
9782889592531

Symposium Vocations 2022 :

Neuf 37.00 T.T.C.

En stock Quantité en stock : 2

Quantité

Alerte réapprovisionnement
Recevez une alerte par email dès que votre choix sera de retour en stock
Votre e-mail*:

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Détails Produit

La publication par Henri de Lubac de Surnaturel en 1946, en accusant l'ensemble des thomistes d'infidélité à Thomas d'Aquin sur la question des rapports entre nature et grâce, déclencha une controverse célèbre. Sa démonstration donna ensuite l'impression de s'imposer. Depuis le début du XXIe siècle pourtant, plusieurs études tentent de réhabiliter l'interprétation prédominante depuis Cajetan. Pour reprendre le problème, la seule méthode était une lecture intégrale de l'oeuvre thomasienne.

Celle-ci permet d'établir que, pour Thomas, la capacité naturelle à la grâce de l'homme n'est pas une puissance obédientielle, et qu'il y a un appétit naturel et inné de l'intellect pour la vision de l'essence divine. Par conséquent, aucune autre fin ultime ou béatitude n'est envisageable en dehors de cette vision. Elle reste cependant gratuite du fait qu'elle est inaccessible aux facultés naturelles.

Par-delà la polémique, il s'agit de voir comment s'articulent les relations entre la nature et la grâce chez l'homme concret : dans l'état d'innocence d'abord, puis après le péché originel, en examinant les conséquences de celui-ci, et la restauration apportée par le Christ. On peut ainsi mesurer l'originalité de l'anthropologie de l'Aquinate. Celui-ci donne à la nature une consistance qu'elle n'avait pas chez Augustin.

Et s'il intègre Aristote, c'est en le réinterprétant de manière radicale, à la lumière de la révélation.

Parole et silence, 2021

857 pages